ANIA WINKLER

Photographe, chef opératrice et réalisatrice. Elle étudie la photographie à Paris et à Prague (FAMU) et forme aussi son regard auprès du photographe de théâtre tchèque Jaroslav Krejci. Le désir de connaître mieux la Pologne son pays d’origine, et son amour des chemins de traverses l’emmène vers ceux qui resteront toujours présent dans sa vie, les tsiganes. En résultent deux séries de photographies qui voyageront à leur tour. Sa rencontre et collaboration avec Catherine Andrault, metteur en scène et comédienne la rapproche d’un théâtre de recherche, inspiré notamment par Pina Bausch. Elle obtient le diplôme de l’Ecole Nationale de Photographie à Prague (FAMU), pour continuer ses études à l’Ecole Nationale de Cinéma Polonaise (PWSFTviT) en section Image et travaille ensuite comme chef opératrice sur des documentaires, fictions courtes et longues.

Son chemin est jalonné de rencontres déterminantes dans sa recherche d’auteur, notamment avec le peintre Pascal Pichon, le vidéaste Olivier Garouste, puis enfin, avec Justine Wojtyniak et ses complices du Laboratoire Impossible. Son approche personnelle serait peut-être un peu animale, souvent en suspend, des histoires de frontières parfois invisibles, un univers lyrique où prime la réalité intérieure. Son dernier film en tant que réalisatrice est un documentaire réalisé auprès de la metteur en scène Estelle Savasta (Cie Hippoyte mal au cœur) pour la Scène Nationale de Dieppe, ayant pour thème l’enfance, son exploration du monde et son expression des sentiments par le corps. Ce film est dans le programme 2014 « Le corps et la danse » de la Médiathèque Marguerite Duras à Paris.

SON SITE