CONTACT
Communication/Diffusion
Marie-Françoise George
06 31 95 01 24
mariefgeorge@gmail.com
d’après Ce que je lisais aux morts
de Wladyslaw Szlengel
Adaptation et mise en scène
de Justine Wojtyniak 

« La maison brûle. Qu’est-ce que vous emportez ?
Le feu ! »   J. Cocteau

Władysław Szlengel (1911-1943) fut la voix grinçante du ghetto de Varsovie. Jeune chansonnier avant-guerre, il conduisait des revues satiriques au café « Sztuka » en compagnie de Wiera Gran et du pianiste Wladyslaw Szpilman (héros du film « Le pianiste » de Polanski).

Poète résistant, Szlengel se voit surtout « chroniqueur des naufragés ». Il lisait encore des « poèmes documents » à des gens qui croyaient en leur survie ; il voulait en faire « les mémoires du fond de l’enfer». Depuis, ces gens ont disparu : « En l’espace d’une heure, poursuit-il, ces textes sont devenus des poèmes que je lisais aux morts… »

Ici, contre l’anéantissement – le poète brandit son poème, contre la machinerie du totalitarisme – il oppose l’humour grinçant. Contre le quotidien terrifiant – il soulève des couches de souvenirs et berce l’inquiétude par son inébranlable foi dans l’humain et sa capacité de se sauver par la parole.

Avec l’acharnement et l’irrévérence propre à la jeunesse, le poète, dans le geste de la théâtralisation de ses textes devant les spectateurs réunis, invente et appelle à un art de penser.

Cette audace et cette force de dérision nous interpellent au présent.

Sur scène 3 interprètes en parlé-chanté-dansé pour questionner l’endroit de résistance. C’est un cabaret abstrait et grinçant, que nous inventons aujourd’hui sur une scène de théâtre


Production en cours : Cie Retour d’Ulysse

Avec le soutien de l’ARCADI, de la SPEDIDAM – droits des artistes interprètes, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, du magazine LA TERRASSE

Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

Soutien et accueil en résidence : Théâtre 13 ; La Fonderie/Théâtre du Radeau, Le Mans ; Le Théâtre Bastringue, Cosne en Allier; Théâtre de la Girandole, Montreuil ; Théâtre En Pièces, Chartres.