À la recherche de formes nouvelles, la compagnie Retour d’Ulysse créé des projets interdisciplinaires et expérimentaux à la lisière du théâtre visuel, d’objets, de danse et du théâtre musical. Elle explore des multiples possibilités d’écriture directe sur le plateau. La musique jouée sur et pour la scène et l’image sculptée par la lumière collaborent à l’élaboration de« poésies visuelles ». La Cie travaille sur les questions de la mémoire (intime et collective), le processus du souvenir, la présence de l’acteur avec ses propres prédispositions, le thème de la mort et de l’impermanence. C’est dans l’optique testamentaire que la scène devient le lieu imaginaire de l’errance intérieure des personnages. Dans l’apparente banalité du quotidien, le tragique surgit. En inventant sa propre poétique, en créant une esthétique particulière, en croyant que le théâtre est un gué qui ouvre sur d’autres espaces et convoque d’autres présences, la Cie cherche à inventer un langage de sensations qui ouvre les portes de l’imaginaire autant chez l’acteur que chez le spectateur.

En continuité du travail depuis 2007, sa vocation est double : la création de spectacles et la transmission/l’éducation.

Petite histoire

Crée en 2007 par Justine Wojtyniak, l’association/compagnie Retour d’Ulysse a tout d’abord collaboré étroitement avec un acteur du théâtre de Tadeusz Kantor – Bogdan Renczynski à transmettre et expérimenter ses théories théâtrales. Nombreux stages ont eu lieu en France, Belgique et Pologne. Ils ont crée ensemble deux spectacles Seuil – Répétitions avec la réalité (Lancut, Pologne, 2009) et Rebeka, ma mère (au Théâtre du Radeau, Le Mans 2010). En 2011/2012 Justine Wojtyniak ouvre Laboratoire Impossible (CINQ du 104) permanent – un espace temps d’expérimentation où elle cherche sa propre poétique et « forme » ses acteurs. Cie Retour d’Ulysse y mène de recherches sur le thème de la mémoire, le processus du souvenir, le constructivisme de l’émotion, l’illusion et la réalité concrète de la scène.

Avec le groupe qui constitue aujourd’hui le noyau de son équipe artistique, elle crée plusieurs Cricotages – formes théâtrales ouvertes proche d’happening.

  • Anniversaire – le 8 décembre 2011 au CINQ du 104
  • Encore un instant et … – le 20 janvier 2012 au Shakirail
  • La chambre – le 4 avril 2012 à l’ARTA à la Cartoucherie
  • Action théâtrale (T) ERRE – le 12 octobre 2012 à la Maison d’Europe et d’Orient

En 2012, le groupe part à Cracovie pour une résidence de recherches et revient avec les récits, les films poétiques et un premier essai de spectacle (T)ERRE montré à la Maison d’Europe et d’Orient. Depuis, le projet ne cesse d’évoluer à travers multiples résidences et dont la version finale porte le titre (T)ERRE d’après la véritable histoire de Maurice Maeterlinck dans sa villa d’Orlamonde. (T)ERRE est écrit sur le plateau à partir des mémoires intimes des acteurs. À partir du corps, de sa mémoire, de ses empreintes, le mouvement individuel s’est transformé en mémoire collective d’un groupe d’individu hors du monde, exclus de la société. En creux la thématique évoque l’errance des réfugiés et leur habitat éphémère.

Le spectacle a vu le jour au Théâtre A – La Maille au Lilas en 2013 et été présenté au Festival Sources de la Mémoire en Pologne.

Dans le cadre de la résidence subventionnée DRAC Île-de-France à la Maison d’Europe et d’Orient où Justine Wojtyniak est artiste invité tout au long de l’année 2014, Cie Retour d’Ulysse crée TEA TIME qui s’intéresse à la mémoire de nos amours à partir du mythe d’Orphée et Eurydice. Dans un réel dispositif scénique du five o’clock – temps du thé, partagé en miroir avec les spectateurs, en menant un étrange duel, un contrebassiste avec une marionnettiste interrogent ses potentialités de devenir, leur amour et leur pressentiment de la mort.

Cie Retour d’Ulysse crée également :

2012 – Portrait Nu de l’homme – montage de textes poétiques de Tadeusz Kantor en forme théâtrale ;

Performance La Danse Macabre au Parc de Buttes Chaumont qui donne lieu à une exposition de photos d’Anna Winkler.

2014 –Souvenirs d’enfance – atelier théâtrale après des enfants Môm’arts ;

Cuisine à vif – Performance culinaire mêlant textes et musiques.

2015 – Ô Douce Nuit – lecture et conférence à la Maison Jean Vilar lors du Festival Avignon.

2016 – Cycle de Conférences sur l’art de Tadeusz Kantor aux Beaux-Arts de Paris